The very british Hill Club de Nuwara Eliya, Ceylan (Sri Lanka)


C’est bien dans le milieu du thé que les us et coutumes des Anglais du temps de leur présence dans cette île continuent à vivre…

Comme on le sait, les anglais adorent les clubs et adorent se retrouver entre eux. Les planteurs de thé anglais exilés à Ceylan ou en Inde perpétuaient cette habitude et le Hill Club est un témoin de cette époque. Grande bâtisse austère et imposante en grés sombre, beau jardin devant, terrain de golf et de tennis, le Hill Club de Nuwara Eliya ( prononcer Nourélia) est toujours un club où seuls les membres sont acceptés et peuvent y séjourner.

Thé noir Japon aspect sec

Autrefois, les membres étaient exclusivement masculins, l’entrée principale n’était réservée qu’aux messieurs et seuls les membres ou les personnes extérieures introduites par un membre étaient acceptés. Car le principe d’un club est de se retrouver entre gens « du même monde » ou de même profession.
Les femmes ne venaient que sur invitation expresse ou soirées. Elles ne pouvaient pénéter par la porte principale, une porte discrète sur le côté de la bâtisse était le passage réservé aux femmes. « Ladies entrance » peut on lire sur le linteau. De nos jours, les traditions anglaises sont toujours observées tant dans la décoration inchangée que dans le protocole (un relâchement s’est néanmoins opéré vis-à-vis de la gente féminine !!!).
On s’imagine aisément le déroulement de la vie au Hill Club du 19ème siècle au milieu du 20ème siècle.
Comme autrefois, dans la reading room, de confortables fauteuils « club » en cuir marron attendent le lecteur au milieu de livres et de journaux anglais. Des tableaux et des portraits de l’époque côtoient des photos de la Reine Elisabeth et du Prince Philipp lors de leur visite à Ceylan et au Hill Club en 1950.
Des têtes d’animaux empaillés décorent les différentes pièces, la salle de billards invite à la détente entre gentlemen.

Thé noir Japon aspect sec

En ce temps là, et comme on ne mélangeait pas les genres… seul le « mixed bar » était l’endroit où les femmes pouvaient venir siroter… Le dîner au restaurant nous transporte une centaine d’année en arrière. Tenue élégante pour les femmes, veston et cravate obligatoires pour les messieurs. Téléphone éteint, of course. Avant de passer à table, on prend l’apéritif dans de très larges fauteuils recouverts de tissus à grosses fleurs devant la cheminée. Le personnel est stylé et très obligé.
On discute posément, sans élever la voix, avec retenue et grâce. Pour pouvoir dîner et dormir au Hill Club, il convient soit d’être membre, soit de connaître un membre qui aura fait une réservation pour vous, soit de passer par une des rares agences de voyage qui a des accointances particulières avec le Hill Club.
Un minimum de 2 nuits est requis.
Au Hill Club, tout est fait pour maintenir et continuer un passé et un mode de vie, plutôt austère et rigide. Peu de légèreté et de gaîté ici mais un charme très « cosy » que l’on savoure avec bonheur.

Thé noir Japon aspect sec

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *