Le thé au lotus 3


Comme le thé au Jasmin ou le thé à la rose, le thé au lotus fait partie de la tradition des thés fleuris naturellement parfumé, qui nous vient de la Chine.

Tel que nous le connaissons en Europe, c’est un thé noir de chine parsemé de feuilles de lotus, au goût doux, qui rappelle un peu le thé à la rose, la note poudrée en moins.

En marge de ce produit banal, il existe un thé aux FLEURS de lotus, tout à fait exceptionnel. On le trouve en Corée du Sud – où il s’appelle le Yeonhyang Cha – et au Vietnam.

Exceptionnel, il l’est pour plusieurs raisons :

  • Sa rareté d’abord : Bien que le lotus ne soit pas en Asie une plante rare, il ne pousse que pendant 3 mois de l’année soit de Juin à Août.
  • Sa fabrication : Il semble que la méthode de fabrication varie un peu suivant les pays.

Au Vietnam, très tôt le matin, vers 5h, on cueilles les lotus. On les ouvre pour pouvoir recueillir les stigmates qui sont les graines blanches au bout du pistil. Ils sont ensuite mélangé au thé. En Corée du Sud, la méthode d’aromatisation semble quelque peu différente. Je vous la livre telle qu’elle m’a été expliquée. Comme en été la fleur de lotus s’ouvre complètement, on dépose, à l’intérieur celle-ci, du thé qui restera dans la fleur pendant une durée non communiquée. Par contact, le parfum du lotus se transmet au thé. Le lotus en fin de vie est ensuite coupé. Le manque de précision sur la fabrication réelle (temps de « macération » dans la fleur de lotus, quantité de thé mise dans la fleur, protection du thé contre l’humidité etc…) est volontaire. Toutes ces données (manquantes pour moi) font partie du savoir-faire et donc du secret d’entreprise.

  • La difficulté de production : Le lotus ne vit que 3 jours. Au Vietnam, il est dit que 1500 fleurs de lotus sont nécessaires pour fabriquer 1 kg de thé au lotus. Cela contribue à sa préciosité.

La méthode coréenne qui m’a été décrite n’est pas sans me rappeler l’histoire du thé de l’Empereur Tu Duc qui, nous dit-on, adorait l’odeur de la fleur de lotus. Pour le satisfaire, tous les après-midi, des servantes allaient au lac Tinh Tam près de Hué et plaçaient un peu thé dans chaque fleur de lotus. Elles refermaient ensuite solidement la fleur (et le thé à l’intérieur) jusqu’au lendemain. Le matin suivant, le thé « délivré » de la fleur, s’était s’imprégné de la délicate fragrance du lotus. Il était alors servi à l’ Empereur.

Nelumbo nucifera Oga

Le thé à la fleur de lotus est donc bien un thé impérial. Aujourd’hui, on dit au Vietnam, que le meilleur lotus vient d’un lac proche de Hanoi. Le goût du thé à la fleur de lotus est différent de celui élaboré avec la feuille de lotus. Les stigmates lui confèrent une note fraîche, un peu mentholé et boisée voire même santal. Sa propriété médicinale serait de purifier le sang.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Le thé au lotus

  • Tikuan

    Bonjour Brigitte,
    Votre article est trés riches, j’apprécie les ressources de votre blog.
    Les Thés de Dalat, ont des similitudes avec les saveurs du Thé au Lotus.
    En espérant pouvoir vous rencontrer prochainement.

    Bien à vous

  • Brigitte

    Bonjour,
    En effet, il y a quelques ressemblances. J’ai aussi en mémoire un thé vert de Dalat avec une note naturelle un peu noix de coco, un peu vanille.
    A bientôt
    Brigitte

  • cotte

    Bonjour mon revendeur de thé a fermé.
    Je prenais beaucoup de thé au fleur de lotus car je l’adore.
    pouvez vous me dire ou je peux en trouver
    Merci par avance
    Meilleures salutations