Les sentences parallèles


Au Vietnam, la tradition confucéenne est encore visible dans les rapports humains, bien qu’elle se délite au fil du temps.

Elle est encore palpable dans certaines anciennes maisons de mandarin comme, à Hué, celle de la petite nièce d’un ancien haut fonctionnaire de l’ Empereur. Elle est la 6ème génération à habiter cette maison.

A Hué, ancienne capitale, du Vietnam règne une ambiance désuète, un peu mélancolique, chargée de passé.Une chanson populaire dit d’ailleurs « ô ma ville, quelle mélancolie as tu pour qu’il pleuve ainsi ». C’est ici que l’on trouve encore beaucoup de vestiges du passé.

La maison fut construite en 1880. Comme toute habitation traditionnelle, la façade comporte trois ouvertures. La porte centrale est la porte d’entrée principale. C’est celle des ancêtres car elle ouvre sur l’autel des ancêtres où une statue de Bouddha trône. Les portes latérales sont pour les entrées et sorties quotidiennes.

Maison-Hue

Dans la pièce principale, il y a deux panneaux en laque qui se font face et qui comporte chacun un court poème. Ces poèmes doivent parler de situations similaires mais opposées, avoir des mots et des sons qui riment les uns avec les autres. Les mots employés doivent avoir des sens opposés. Aucune répétition n’est tolérée. L’ensemble doit être harmonieux et se marier ensemble.Ce sont les sentences parallèles. Elles sont écrites en chinois.

La sentence à gauche de la porte d’entrée dit : La nuit fait reposer L’Esprit

Celle qui lui fait face, lui répond : L’Aube réactive l’Intelligence

Sentences

Les mandarins, fonctionnaires impériaux, étaient « rodés » aux théories confucéennes. La connaissances des 5 préceptes de Confucius formaient le cœur du concours de mandarin. Ils portaient sur l’organisation de la vie sociale, les lois, les arts, les légendes et mythes et la science universelle dont le Yi King est un élément.

La petite nièce de cet ancien mandarin me confie que dans leur famille, les préceptes confucéens continuent de vivre. Le mandarinat fut aboli en 1945 avec l’abdication de l’Empereur Bao Daï.

Travailler dans le thé, n’est pas seulement rencontrer des planteurs ou visiter des jardins. Essayer de rencontrer l’Âme d’un pays et de ses habitants est, pour moi, une composante indispensable.

Jardin Hue

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *