Un Oolong du Népal


Bien sûr que l’on connaît le Népal, tout le monde a entendu parlé de Katmandou, sa capitale.

Il y a peu d’années encore, dans le monde du thé, le thé du Népal était considéré un peu comme une rareté et les arguments pour justifier l’intérêt d’adjoindre un thé du Népal à sa gamme, pouvaient manquer.

Il faut dire que les importations en provenance du Népal étaient très limitées. De plus, la guerre civile qui a ravagé le pays dans les années 90 pendant environ 10 ans en entraînant la fin de la monarchie et l’avènement de la démocratie, n’a pas aidé le pays dans son développement à l’international.

Depuis presque 20 ans, de nouveaux projets, auquel le thé appartient, sont mis en place pour aider le Népal à devenir un acteur important dans le commerce international.

Même si le Népal est pas encore devenu un grand acteur mondial du thé, il y travaille car ses atouts sont importants

D’abord sa situation géographique fait que la plupart des jardins ont une élévation supérieure à celle de Darjeeling, son voisin.

  • De nouvelles terres agricoles ont été préparées et des plantations de camélia sinensis créees.
  • Formations techniques, tant sur le travail de la feuille que sur le personnel des plantations ainsi que l’aide pour la mise en place de la certification bio et normes HACCP sont assurées par des organismes internationaux.
  • Et surtout, la stratégie commerciale choisie par les producteurs de thé du Népal est celle de la QUALITÉ uniquement.

Et le résultat est extrêmement intéressant.

Je me suis régalée récemment d’un très beau Oolong récolté au mois de juin 2012.

Rien à redire sur l’aspect sec de ce thé, feuilles très joliment torsadées, régulières, d’un beau brun un peu fauve, ponctuée de feuilles vertes, parsemés de pointes blanches un peu duveteuses. Une beauté !

Nepal-Oolong-Aspect-sec

En versant l’eau sur les feuilles sèches, une odeur fleurie un peu lourde, dans des notes de rose s’échappait, qui m’a fait entrevoir la promesse d’une dégustation exceptionnelle. L’infusion révéla des feuilles larges très régulières, souvent entières, pas du tout abîmées par les différentes manipulations, dans des tons fauves et verts ainsi qu’une délicate odeur sucrée, de miel.

La liqueur s’est avérée à la hauteur de mes espoirs.

Tour à tour, des notes fleuries alternent avec des nuances très muscat gorgé de soleil pour former un bouquet fleuri-sucré (pivoine et rose). Une très légère pointe verte donne une agréable vivacité à l’ensemble, lui empêchant toute lourdeur. La tasse a une belle couleur orangée.

Tout atteste de la haute maîtrise du processus de fabrication ainsi que du soin apporté à la réalisation de ce thé.

Nepal-Oolong-Liqueur

Je souhaite bonne chance aux producteurs népalais dans leur développement commercial et espère que le thé du Népal attirera l’attention des professionnels du thé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *