Un petit tour dans le Fujian


Je rentre juste du Fujian, où je suis allée voir la production des Oolong vert. Les chinois appellent ces thés les Green Oolong ou les Anxi Oolong car ils sont produits dans la région autour de Anxi, « capitale du thé ».

De ces Green Oolong, nous connaissons surtout le nom éponyme du théier, le Tie Guan Yin. Le Tie Guan Yin généralement commercialisé chez nous, est ce que nous avons coutume d’appeler un thé semi-fermenté, souvent dans les 20-30% et dont la feuilles est marron clair.

Le Tie Guan Yin, dont je parle ici, a la feuille verte et une expression tasse très florale.

Dans cette région de production, le paysage est très escarpé. Les sillons de théiers sont souvent difficiles d’accés et la cueillette quelquefois périlleuse. Pas de champs à perte vue, tout est très morcelé.


IMG_1995
Il y a 2 périodes de récoltes pour ce thé particulier, au printemps et en automne. 6 kgs de feuilles fraiches, prélevées sur des arbustes jeunes, sont nécessaires pour fabriquer 1 kg de thé fini. Les théiers ont en moyenne 5 ans.

J’ai particulièrement apprécié ma visite dans une usine de Long Huan, à 2 heures de Anxi, et qui est une des villes qui produisent ce très bon Oolong.

Tout le monde ici est mobilisé pendant cette période et l’usine travaille pratiquement 24h sur 24. En effet, la production de ce Green Oolong demande environ une dizaine d’étapes, certaines se répétant plusieurs fois.

En regardant le travail de manufacture de ce thé, on comprend que c’est vraiment un « fine art ». Ce qui est très spectaculaire, c’est le moment où, avant le séchage final des feuilles, celles-ci, déjà très ramollies, sont mises, tel un ballot de linge, dans un drap et passent dans 2 pressoirs qui les écrasent et leurs donnent leur forme finale c’est-à-dire de petites boules.

IMG_2909

Mais l’ultime travail reste à faire avant de pouvoir consommer ce thé : enlever les pétioles accrochés au bout des feuilles de thé. Et Là, la patience est vraiment mise à l’épreuve !

IMG_2154

La main d’œuvre mobilisée pour produire ce thé est extrêmement importante, mais quel délice de boire cette liqueur délicate au parfum enivrant de fleurs blanches.

Dans mon prochain billet, je vous parlerai de la World Tea Expo de Las Vegas vers laquelle je m’envole dans quelques heures. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *