Maintenant du thé en spray


Guy Woodhall, créateur de thés prêts à boire des marques Thorncroft et Yum Cha, a mis au point une nouvelle technologie qui pourrait révolutionner la manière de boire le thé.

Fini les sachets de thé, terminé le fait d’attendre que le thé infuse dans la théière. Guy Woodhall a trouvé le moyen de mettre du thé liquide dans un spay qui, par un système d’aérosol, sera pulvérisé directement dans la tasse.

Quelques pressions suffisent maintenant pour avoir un thé prêt à boire dans lequel il suffit juste d’ajouter de l’eau chaude, froide ou du lait pour l’adapter à son propre goût.

Avant de se lancer dans les recherches sur le procédé technique, Guy a préalablement étudié le comportement des consommateurs de thé en Grande-Bretagne. Il a appris que 96% du thé consommé est fait à partir de thé en sachet et que le temps d’infusion moyen est de 13 secondes ! Cela veut dire en d’autres termes, que le consommateur aime non seulement la facilité d’emploi du sachet, mais aussi qu’il est pressé de boire son thé car il ne respecte nullement le temps d’infusion recommandé (en général entre 3 et 5 mn) pour avoir un goût de thé optimal.

Fort de ces informations, le développement du thé en spray se base sur trois objectifs : D’abord celui de proposer un thé de qualité, qui, par un temps d’infusion approprié, garantira au consommateur une excellente qualité gustative, bien supérieure à celle du thé en sachet. Le choix de ne sélectionner que des thés de qualité en feuilles contribue à cette recherche de qualité.

Ensuite, garantir au buveur de thé que par ce système, chacun aura le thé qui correspond exactement à son goût. On peut ainsi accommoder la quantité de thé au contenant, mais aussi à son goût. L’adjonction d’eau ou de lait, fait que si le thé est top fort, on pourra le diluer et si il est trop faible, rajouter du thé.

Et enfin, soutenir l’environnement, car, cerise sur le gâteau, le spray est recyclable.
Guy Woodhall a en quelque sorte adapter le système du samovar russe à une technologie moderne alliée à une facilité d’emploi. Le principe du samovar est de faire un thé très corsé, quasiment un extrait de thé, dans la petite théière posée au dessus du réservoir d’eau chaude.
Chaque personne verse dans sa tasse un peu de cet extrait qu’elle dilue avec l’eau chaude ou en rajouter si le thé est trop léger. C’est cette même idée de pouvoir moduler le thé à son goût qui sous-tend l’idée du samovar ou du spray.

La marque qui porte ce procédé nouveau a choisi le nom quelque peu provocateur de « No More Tea Bags».no-more-tea-bags-973x606Mais au delà de la provocation, c’est bien une ambition déclarée de remplacer les millions de sachets consommés par le thé en spray. Pour l’instant la marque propose 3 thés différents. Le traditionnel Earl Grey, un thé au jasmin et un thé nature.

 

Le monde traditionnel du thé, celui des boutiques spécialisées et des importateurs, véhicule encore et toujours l’idée d’une consommation de thé traditionnelle, qui met en avant la détente, l’instant privilégié et convivial, le rituel, le fait de prendre son temps.

Est ce que cet art de vivre autour et avec le thé est réellement toujours actuel ? Correspond-il vraiment au désir de la majorité des consommateurs ? Faut il défendre ces valeurs à l’heure où rapidité et facilité deviennent des maitre mots dans notre vie?

« No more tea bags » prend le parti de la modernité et mise sur le fait que, comme chaque tasse de thé sera parfaitement adaptée au goût de chaque consommateur et que le thé sera bon, elle lui procura chaque fois le plaisir attendu.

C’est ce plaisir procuré et renouvelé qui sera son meilleur argument de vente.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *