Ceylan se met au Oolong !


Finished Huang Jin Gui

C’est bien connu, Ceylan produit environ 99,09 % de thé noir. Mais, cela est maintenant officiel, la plantation de Waldemar, exploitée par le groupe Browns & Co.Plc, a décidé de transférer sa production de thé noir* et de convertir sa factory dans la production régulière de thé Oolong** et de thé vert***.

Pourquoi un tel revirement ? Tout simplement parce que la concurrence entre les pays producteurs de thé noir est très forte et, même s’il reste le thé favori des consommateurs, la demande en thé Oolong et thé vert augmente continuellement.

L’attrait d’un prix de vente plus élevé allié au fait que le climat et l’altitude sont parfaits pour la production d’Oolong ont motivé la décision du groupe. Considérés comme des spécialités, le prix demandé pour ce type de thé est bien supérieur au prix moyen actuel des thés noirs.

Aujourd’hui, dans le monde du thé, on note une demande croissante pour les thés spéciaux. Mais que veut dire un thé spécial ? Même s’il n’ y a pas de définition précise, pour la majorité des gens, un thé spécial est le contraire d’un thé commun, banal, médiocre en qualité. Il s’oppose à la notion de thé de masse et intègre toutes ou certaines des notions suivantes qui font qu’un thé spécial a une valeur ajoutée.
Cela peut être l’influence du climat et de la saison à un moment donné sur le goût du thé, une production très qualitative,un savoir-faire spécifique tant dans la culture que dans la fabrication du thé, un mélange original, peu répandu, provenant d’un terroir ou d’un pays particulier ou encore une quantité limitée qui fait la rareté.

Localisé à Udapussalawa, terroir situé entre Nuwara Eliya et Kandy, Waldemar veut jouer cette carte de la spécialité et être le premier à fabriquer de manière régulière un thé Oolong d’un des 6 terroirs reconnus de Ceylan.

A l’heure actuelle, la Chine et Taïwan sont les principaux acteurs sur ce type de marché. Waldemar fait le pari de jouer dans la cour des grands et de devenir un fournisseur reconnu de thé vert et de Oolong.

La compétence de planteurs de thé de Ceylan n’est plus à faire, aussi même si cette conversion a nécessité l’adaptation de la manufacture, l’installation de nouvelles machines ainsi que la formation du personnel, Waldemar est sûr de ses atouts. Car, la coopération entre experts en thé chinois et taïwanais est un des éléments clé de sa réussite. Ceux sont eux qui ont fourni les machines et qui ont assuré le transfert de compétences.

La plantation conserve néanmoins toujours une production de thé noir orthodoxe et CTC qu’elle a délocalisé dans une autre unité.

 

* thé noir : type de thé totalement oxydé

** Oolong : type de thé partiellement oxydé.

*** Thé vert : type de thé non oxydé

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *