La plantation SEEYOK à l’heure chinoise


the-dans-orange
La route qui mène, à partir de Mirik, à la manufacture de SEEYOK est un défit. Son étroitesse et son fort dénivelé font frémir les conducteurs, mais quel bonheur pour les passagers. La vue sur les montagnes de Darjeeling est époustouflante.

Outre la haute qualité de ses thés et ses labels bios et commerce équitable, SEEYOK cherche à innover et flirte depuis quelques temps avec le savoir-faire chinois pour proposer de nouveaux styles de thés.

C’est le cas du thé noir bio à l’aromatisation naturelle d’orange.
SEEYOK reprend le procédé chinois qui consiste à enfermer un thé Pu-Ehr dans une orange évidée et à laisser celui-ci s’imprégner lentement des arômes du fruit. Mais, dans notre cas, c’est un thé noir qui est introduit à l’intérieur du fruit.

Bien plus fin que le Pu-ehr utilisé dans le Yunnan (Sud-Ouest de la Chine), le thé noir à l’orange de SEEYOK est subtilement aromatisé. Ses notes d’orange ou plutôt mandarine, bien reconnaissables, s’expriment nettement et se marient au thé avec délicatesse.

La préparation est, bien évidemment, délicate et chronophage. Après avoir évidé une orange bio, on y dépose le thé qui va « mariner » pendant 3 jours environ et lentement s’imprégner des saveurs de l’agrume.plateau-the-orange-seeyok

Au vue de son coût de revient que l’on devine aisément élevé, on peut penser que ce nouveau produit peut avoir un avenir incertain et une diffusion confidentielle. Mais qui sait ? Les producteurs chinois ont bien réussi à produire en masse leurs célèbres fleurs de thé, pourtant si délicates à élaborer ?

Monsieur Lama, manager de SEEYOK, poursuit ses recherches sur différentes spécialités et est très fier de confier que la technique de fabrication des fleurs de thé est déjà bien maitrisée. De jeunes feuilles d’un Darjeeling SEEYOK 2ème récolte sont sélectionnées dans lesquelles une fleur d’amarantine globuleuse (Makhmali en hindi et népalais) pourpre est emprisonnée.

SEEYOK est le premier jardin de Darjeeling à offrir ces spécialités. Les introduire sur le marché mondial du thé, créer la demande et produire en grande quantité, est le prochain challenge.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *