Chong Tae Jeon, la galette de thé coréenne


Je n’avais jamais entendu parler de cette antique pratique coréenne qui consiste à faire vieillir du thé pressé en petites galettes de différentes tailles, à les embrocher sur un fil à la queue leu-leu et à pendre ces chapelets de thé au plafond en attendant de les boire.

Cette coutume ancienne n’est pas sans rappeler les galettes de thé post-fermentées Pu-Ehr, élaborées au Yunnan et devenues spécialité de cette région. Mais on m’a tout de suite expliqué que le procédé de fabrication était différent.

IMG_1983

Les feuilles d’un thé vert sont grossièrement broyées puis aplaties à la paume de la main. Elles sont ensuite mises dans des formes de différentes tailles dont les plus petites ressemblent à des pièces de monnaie et pèsent de 5 à 7 gr. Grâce à la pectine contenue dans le thé, les morceaux de feuilles se collent les uns aux autres. Une fois percées, ils sont pendues et vieillissent lentement pendant plusieurs années.

C’était autrefois la seule méthode connue pour garder le thé sur une période assez longue car, pour les coréens, le thé était utilisé comme un médicament dont les qualités médicinales pouvaient être renforcées en le mélangeant avec des fleurs ou des plantes comme le lotus, le chrysanthème ou l’orge.

IMG_2006

Pour préparer ce « cake tea » correctement, il faut le faire bouillir pendant 3 mn. Quand il est jeune, son gout est léger, un peu minéral ou plutôt légèrement métallique, avec une nuance noisette et herbe sèche à la fois.

Intéressant…

IMG_2009

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *