Quel rapport entre le vin blanc de Sauternes et le thé ?


Je reçois cette semaine l’exportateur indien avec lequel je travaille depuis des décennies et décide de lui faire découvrir les vins doux du terroir de Sauternes au sud de Bordeaux.

Pourquoi ? Car le parallèle entre ce vin là et certains thés me semble intéressant.

Le premier parallèle réside dans l’intervention naturelle d’un troisième élément incontrôlable.

Le goût très sucré du Sauternes est dû à son fort taux en sucre obtenu par l’action du « Botrytis Cinerea », champignon  qui apparait au mois d’août et septembre quand les conditions météorologiques sont maximales dans le terroir, à savoir de la brume le matin et du soleil dans la journée. Le botrytis se développe en ingérant l’eau contenue dans les grains apparue avec l’humidité ambiante. Par la transformation de la composition chimique des grains, le taux de sucre augmente. Ce sont donc toutes les nuances de sucré, de miellé, de caramel, de fruits confits, d’agrumes…, qui se retrouvent dans la suavité de ce vin liquoreux.

Mais, il n’y a pas que dans le vin qu’un phénomène naturel influence le goût d’un produit. Cela se passe aussi en Inde, dans le petit terroir de Darjeeling qui produit entre mi-mai et fin juin, un thé au goût unique.

Ici, ce sont pas uniquement les conditions climatiques ou le travail du planteur ou encore la qualité du sol qui sont responsables de l’expression exceptionnelle du thé. Comme à Sauternes, ce goût si particulier est dû à l’intervention d’un insecte le Jacobiasca formosana paoli, qui, en piquant la feuille du théier entraine une modification de sa composition chimique. C’est lui qui contribue à donner au thé ses notes mielleuses de muscat, de pruneau ou de pêche très sucrées que l’on appelle « muscatel notes ». Ce thé n’exprime pleinement ces notes de fruits mûrs que pendant un laps de temps de 6 semaines. Cette période de sur-goût est familièrement et incorrectement surnommée « 2ème récolte ».

Le second rapprochement est la couleur de ces deux breuvages qui tous deux offrent des tons jaunes or plus ou moins intenses.

Le troisième parallèle réside dans leurs expressions gustatives très proches.

La quatrième comparaison porte sur le fait que ce sont tous deux de petits terroirs avec par conséquence une production est réduite. : 87 jardins de thé pour Darjeeling et 160 producteurs de vin de Sauternes. La quantité annuelle des thés en Darjeeling représente environ 1% de la production totale de l’Inde.

Enfin, le prix de ces deux breuvages confirme leur haut de gamme, car tous deux se négocient à des prix un peu élevés. Mais, dans le cas du thé, il convient de ne jamais oublier qu’on met en moyenne 2 gr de thé par tasse, ce qui fait donc un prix tout à fait acceptable et raisonnable pour une expérience sensorielle extraordinaire.

Buy-Darjeeling-Tea Verre-sauterne

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *