Drame en Darjeeling


DSC_0428

Ce n’est pas la première fois que des problèmes politiques agitent Darjeeling mais c’est la première fois qu’ils durent si longtemps et avec autant de violence. Depuis plus de 2 mois, le mouvement séparatiste « Gorkhaland » bloque la région. Leur demande est encore et toujours la création d’un état indépendant.

Les Gorkhas, population majoritaire dans cette région, sont historiquement d’origine népalaise. Ils luttent pour une indépendance territoriale ainsi que la reconnaissance de leur culture avec, entre autres, l’abolition de la langue bengali dans les écoles.

Le personnel des plantations, Gorkhas pour la plupart, a cessé le travail depuis début Juin. La baisse de la production de feuilles fraîches due à la sècheresse et au changement climatique en Darjeeling ces 2 dernières années, a contribué à mettre le feu aux poudres. Payés au poids de feuilles récoltées, ils ont vu leur salaire diminué et ont rejoint le mouvement indépendantiste avec l’espoir d’une amélioration.

Aucune récolte depuis plus de 53 jours et, ceci, à un moment particulièrement stratégique pour les plantations, soit à l’époque de la seconde période de sur goût. Connue sous le nom de « second flush » ou « 2ème récolte », elle est celle où le thé exprime naturellement des accents de muscat et de fruits très mûrs. Mais, c’est aussi et surtout le moment où la récolte est la plus abondante (plus de 8000 tonnes) et où le thé se vend à des prix très élevés.

Pas de chiffre d’affaires pour les 87 plantations de Darjeeling en juin, pas non plus en juillet et rien à espérer en août, même si le travail reprend.

Cette perte financière est tragique, d’autant plus que remettre en état les champs demanderait entre un et deux ans avant de retrouver le niveau de qualité nécessaire pour l’exploitation.

Cette région s’est fait connaître pour sa haute qualité de production ainsi que pour être le seul terroir au monde à produire dans un même lieu, avec les mêmes arbres, un thé qui, suivant de courtes périodes de 6 semaines, aura trois fois par an un goût très différent. Ce phénomène unique est en train de se détériorer.

Des propriétaires ont déjà annoncé leur intention de fermer les plantations si le conflit ne s’arrête pas rapidement. Une délégation de Darjeeling Tea planters Association a approché le Indian Tea Board pour demander l’aide au gouvernement. Aucunes mesures précises ne sont connues pour l’instant.

C’est une crise majeure que le monde du thé vit en ce moment. Elle aura des répercussions importantes sur tous les acteurs du secteur aussi bien les professionnels que les consommateurs. Une hausse du prix du peu de thé de Darjeeling qui arriverait dans nos ports est, bien sûr, à attendre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *