C’est l’heure des vacances !


Vous avez sûrement déjà tout prévu ! Néanmoins, j’aimerais partager avec vous quelques bons plans que j’ai découverts et aimés pendant mes voyages.

Si certains passent par Washington, ne manquez pas la théière à l’entrée du Musée des Amérindiens ( National Museum of the American Indien).

Cette pièce unique créée par Michael MASSIE, artiste d’origine amérindienne et écossaise, réunit les symboles forts et les matériaux de la culture inuit comme le bois de caribou, l’ébène ou le lacewood brésilien. Cette « théière-oiseau », majestueuse, impressionnante de fierté, nous observe, pour ne pas dire nous domine, bien campée sur ses pattes. Pour l’artiste, elle incarne l’accueil chaleureux et l’hospitalité de sa grand-mère où toute rencontre commençait d’abord par une tasse de thé.

IMG_0218

Toujours à Washington, si souhaitez boire un thé, je vous conseille de vous arrêter chez TEISM (R 2000 ST NW ) dans le quartier Dupont Circle. L’endroit est sympa et les encas chauds agréables. Mais ce que j’ai surtout retenu, c’est la bonne qualité du Lung Ching que j’avais commandé.

Teaism

Si vous êtes dans le sud de l’Espagne, arrêtez vous au Palais de de la Comtesse LEBRIJA à Séville. Cette splendide demeure concentre aussi bien des mosaïques romaines qu’une belle collection de plats /théières/ assiettes anglais et chinoises. J’ai beaucoup aimé une théière qui trône au 1er étage dans un des salons particuliers de la comtesse. Son corps blanc, sobrement décoré d’un feston et d’arcades bleutés, met en valeur des personnages antiques. Cette théière anglaise, sûrement du Wedgwood, émerveille par sa simplicité et pureté.

PHOTO-2018-06-18-13-50-59

Pour ceux qui visiteront l’Inde et plus particulièrement la ville de PUNE, allez à la boutique  « TANDOORI TEA SHOP ». En effet, un jeune entrepreneur a crée un nouveau type de « Chai « (mélange de lait, de thé et d’épices ) qu’il appelle » Tandoori Tea » du nom du célébrissime plat de poulet cuit dans un four en terre au feu de bois ou au charbon appelé « tandoor ».
La particularité de ce nouveau Chai est d’avoir un goût fumé. Le créateur, Monsieur Rajdeo, explique avoir mis au point un procédé unique qui consiste à mettre les Kulhads, petites tasses en terre dans lesquelles on boit le Chai, dans le tandoor et à les « cuire » à haute tempéraure. Le Chai est ensuite versé dans ces kuhlads extrêmement chauds où il termine sa cuisson. La terre cuite des kuhlads a pris l’odeur du feu de bois pendant son séjour dans le four, le transfère au Chai ce qui lui donne un goût fumé.

Bonnes vacances.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *